À votre service > Bien communiquer

Bien choisir une police de caractères pour un site internet

Peut-on utiliser n'importe quelle fonte, n’importe quelle police de caractères sur un site internet ?
En théorie oui, en pratique il faut être très vigilant au moment de la création de la charte graphique, et bien choisir les polices de caractères en vérifiant la portabilité technique de ces dernières.

L’usage basique des fontes sur le web est limité à une poignée de polices non pas standardisées, mais suffisamment répandues sur tous les systèmes pour pouvoir être utilisées sans trop de risques. En effet, la police de caractères que l'on souhaite utiliser doit être présente sur le système de l'utilisateur pour être utilisée par son navigateur internet. Citons parmi ces polices très répandues l’Arial, le Verdana, l’Helvetica, le Times, le Times new roman ou encore le Lucida Grande.

La logique d'utilisation des polices sur un site internet est la suivante : le navigateur doit trouver une police de caractères précise en espérant qu'elle sera disponible sur l'ordinateur de l'utilisateur,  puis en essayer une deuxième, voire une troisième et une quatrième, et enfin le navigateur devra utiliser une police générique. On peut ainsi indiquer et hiérarchiser pour chaque élément de la page internet plusieurs polices alternatives. On parle de collection de polices ou de collection de fontes.

Pendant longtemps, il a fallu se limiter à des polices très génériques pour assurer un affichage universel des sites internet.

Il existe plusieurs moyens de contourner le problème, et de nos jours, l’utilisation de fontes « exotiques » sur internet est possible.

Les @font-face
La première solution : proposer une fonte au téléchargement en associant les fichiers-sources au site internet. La fonte sera ensuite utilisée dans la page. Il s’agit de la technique des @font-face implémentée depuis CSS2 et reprise par CSS3. Cette technique a trois inconvénients majeurs :

  • les droits d’auteur empêchent de distribuer les polices de caractères, même intégrées sur un site
  • le téléchargement des fontes ajoute un poids conséquent aux pages
  • dans l’idéal, il faut proposer plusieurs formats d’une même fonte pour qu’elle soit comprise par tous les navigateurs internet (OTF, TTF, WOFF, SVG).

Les sites tiers gratuits
La deuxième solution consiste à passer par des sites tiers gratuits tels Google fonts ou Fontsquirrel qui proposent un très large éventail de fontes. Ces fontes sont exploitables directement en insérant dans le code des pages web un script qui renvoie vers un site tiers, ou en proposant des kit d’exploitation tout prêts.

Les sites tiers payants
Enfin la troisième solution consiste à passer par des sites payants qui ouvre droit à bien davantage de polices de caractères tels fonts.com ou Adobe Typekit.

 

Dans la même rubrique